Au cœur de l’été - 1 : Été 2013

archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

Icônes d’actions

Diverses icônes d'action signalent une interactivité spécifique. Elles permettent d'accéder à différents types de contenus, renvoyer vers de liens externes…

1. Vidéo
2. Encadré
3. Son
4. Citation
5. Chiffres-clef
6. Diaporama
7. Lien externe
8. Partager
9. Commentaire

Brou_visite_insolite-Daniel-Gillet.jpg

Reportage sur le monastère royal de Brou

photo-nuit-faade-brou-Serge-Buathier.jpg

Chantier de restauration de l'église

Tailleurs de pierre, maîtres verriers, couvreurs... sont aux petits soins de l'église de Brou depuis juillet 2012. Cette vaste campagne de restauration (3,7 millions d'euros), qui implique notamment la fermeture du chœur au public cet été, s'achèvera à l'automne 2013. Saisissant l'opportunité de ce chantier, le monastère royal de Brou offre au public l'occasion de mieux connaître le monument à travers une visite virtuelle et une exposition sur l'historique des restaurations dans les chapelles latérales de la nef.

Alaric_PH.jpg

Inattendu

Dans la peau d'un moine


Dur dur de faire franchir le seuil d’une église ou d'un musée avec vos enfants ? Avec le jeu Alaric en quête du monastère, vos enfants parcourront les cloîtres, l’église et le musée dans la peau d’un futur moine d’à peine 8 ans... Jeux et énigmes viendront ponctuer cette visite pleine de surprises.

Livret remis gratuitement à l’accueil du monastère royal de Brou aux enfants de 6 à 10 ans. Durée : 1h

Retour En avant

Patrimoine

Brou, une belle histoire d'amour

Classée parmi les cent plus belles églises de France, l'église de Brou est un joyau du gothique flamboyant. Avec son monastère composé de trois cloîtres à étage avec galeries basses et hautes, elle forme un ensemble unique, gage de l'amour d'une femme, Marguerite d'Autriche pour son mari, Philibert le Beau.

Fille de l'empereur Maximilien de Habsbourg, petite-fille de Charles le Téméraire, Marguerite d'Autriche (1480-1530) est veuve à 24 ans de Philibert le Beau (1480-1504), duc de Savoie. Elle décide de bâtir aux portes de Bourg-en-Bresse le monastère royal de Brou pour abriter trois somptueux tombeaux, ceux de Philibert le Beau, de sa mère et le sien. Nommée en 1506 régente des Pays-Bas, elle suit depuis Malines en Belgique ce chantier exceptionnel rapidement mené (de 1505 à 1532) où elle envoie les meilleurs maîtres d'œuvre et artistes de toute l'Europe. L'église est un joyau de style gothique flamboyant à la haute toiture de tuiles vernissées et colorées. La nef, pure et dépouillée, contraste avec le chœur où toute la splendeur décorative est concentrée autour des tombeaux et dans la chapelle de Marguerite d'Autriche.


Reportage sur le monastère royal de Brou


Un écrin exceptionnel


Les deux parties sont séparées par un jubé richement sculpté, comptant parmi les très rares conservés en France. Tombeaux, retables, statues, stalles et vitraux en font un ensemble artistique d'exception à l'aube de la Renaissance. Les bâtiments monastiques, édifiés pour loger les moines augustins chargés de prier pour les princes enterrés dans l'église, abritent les riches collections de beaux‑arts du musée municipal de Bourg‑en‑Bresse.


L'église fait peau neuve


Mais ce monument chargé d'histoire reste un lieu vivant et un écrin exceptionnel pour de nombreux événements et expositions. À ne manquer sous aucun prétexte cet été les expositions Lumières sur le XVIIIe siècle et Gisants ou encore la 3e édition du festival À la folie... pas du tout qui vous fera découvrir le monastère sous un autre angle, à travers des spectacles mêlant jazz, hip hop, nouvelle scène folk, musique classique, lectures...


Inattendu


Monastère royal de Brou : 04 74 22 83 83

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

bbmag_logo.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même